Le projet

Odoo image et bloc de texte

Cinq grands groupes dominent la production semencière. Leurs usines produisent des graines hybrides, des semences issues de croisement pour donner des fruits et légumes homogènes et résistants aux maladies et aux intrants chimiques. Malheureusement, leur culture mène à des légumes stériles ou dont les graines ne sont pas réutilisables ; les agriculteurs ont donc l’obligation de racheter les semences chaque année.

Pour être commercialisée, une semence de légume doit être inscrite au catalogue officiel européen des vari étés. L’inscription au catalogue est un processus long et complexe nécessitant beaucoup de moyens. Depuis les années 50, on a ainsi favorisé les légumes homogènes, faciles à récolter et à conserver, c’est ainsi que la grande majorité de la diversité alimentaire qui existait il y a cent  ans a aujourd’hui disparu. Avec elle, des connaissances et techniques de reproduction ancestrales se sont également étein tes. Si nous ne sommes plus capables de produire nos semences, nous devenons totalement dépendants de grosses structures pour notre approvisionnement en légumes.


Aujourd’hui il n’existe pas, en Belgique, d’installations professionnelles de traitement des semences qui permettent de battre, nettoyer, sécher et conditionner des quantités importantes de semences reproductibles. Les maraîchers n’ont donc pas l’opportunité de reproduire leurs légumes pour la saison suivante.

  1. Les objectifs de Cycle en Terre s’articulent donc autour de 3 axes.

    • Le développement des cultures de semences de variétés fixées (variétés stables de générations en générations, contrairement aux hybrides F1) selon un itinéraire technique bio ou sans intrants chimiques dans nos régions.

    • La sélection des semences, étape cruciale dans la culture de semences en vue de conserver, d’améliorer nos variétés ou d’en créer

    • L’acquisition et la diffusion des connaissances et des savoir-faire lié à la culture semencière

      Les semences font partie de notre héritage, nous souhaitons le transmettre. Pour que cela soit possible, Cycle en Terre se doit d’œuvrer de manière solidaire avec d’autres acteurs : agriculteurs, maraîchers, amateurs, législateurs et vendeurs de semences. Ces interactions restent une priorité au cœur de notre activité semencière.